Le traîneau à chiens, à quoi ça sert? Partie 2 – Aujourd’hui

Aujourd’hui, dans nos milieux civilisés, la pratique du traineau à chiens n’est plus nécessaire à la survie de la population. Elle est considérée comme un loisir et un sport, mais aussi comme un emblème culturel pour ceux qui veulent renouer avec cette tradition ancestrale.

On peut comparer une équipe de traineau à chiens aux membres d’une équipe sportive qui travaillent dans un même but et vers une même destination.

C’est un sport exigeant, autant physiquement et mentalement, que financièrement!  Il demande une foule de connaissances dans pleins de domaines : connaître les races de chiens de traineau, connaître la nutrition, les notions d’entraînement, d’éducation canine, de la mécanique pour entretenir tout ce matériel… Bref, de quoi étudier toute sa vie! Les curieux seront satisfaits.

Tout comme un « coach », le musher doit connaître la personnalité de chaque individu. Il doit être à l’affût des besoins et des conditions optimales que ses athlètes nécessitent pour s’épanouir et donner le meilleur d’eux même.  Ce sont des chiens qui ont les qualités physiques et mentales de marathoniens, et ont un besoin de courir et de s’entrainer régulièrement et en toute saison. Ils sont souvent mal compris dans l’opinion publique, alors qu’on entend dire qu’ils pourraient avoir froid à courir dans la neige comme ça. Il faut bien comprendre qu’entre un alaskan et un chihuahua, il n’y a pas les mêmes traits pour la survie à l’hiver. La génétique entre autres fait que ces races de chiens peuvent s’adapter à de telles conditions. Tout comme certains humains s’adaptent à courir des ultratrails. Tout est une question d’adaptation.

Différentes méthodes d’entrainement sont nécessaires :

  • Le jeu de poursuite en entrainement libre : c’est un de mes entraînements préférés. Le chien peut découvrir comment courir sur différentes surfaces, sans restriction d’un harnais ou d’une laisse. Ça lui permet aussi d’apprendre à revenir à son humain et de jouer avec ses amis canins.

  • Le canicross : de la marche ou de la course tractée avec un chien. Une discipline qui nous permet de connecter plus en « one on one » avec chacun de nos chiens, d’apprendre à prendre des décisions sur les directions. Une très bonne façon de s’entraîner comme musher!

Canicross chez Kinadapt

  • Le bikejoering : du vélo tracté par un ou plusieurs chiens. Quand le chien aime un peu plus la vitesse, c’est grisant!

  • La cani-trottinette : proche du bikejoering, le musher est debout sur la plateforme de la trottinette. Un défi d’équilibre très intéressant.

  • Le cani-kart ou l’attelage sur un véhicule tout terrain : Toute préparation à l’hiver demande de réussir à faire de l’entraînement sur terre avant l’arrivée de la neige. L’hiver ne dure que quelques mois, les chiens ne peuvent pas attendre d’avoir assez de neige pour le traîneau pour commencer à tirer en équipe. Il faut donc faire du « crosstraining » et se préparer sur terre. Le cani-kart est comme un traîneau à roue : disons un peu plus rock n roll et boueteux que le traîneau, c’est une expérience à vivre!

Cani-kart chez Kinadapt

 

 

  • Le traîneau à chiens: quand la neige est finalement arrivée, c’est le sourire aux lèvres que les chiens et les humains reviennent à l’essentiel.

Le traineau à chiens et la gestion de ses athlètes canins est un moyen extraordinaire de bouger en plein air.  Les mushers se doivent d’être actifs et en bonne forme physique, parce qu’il faut des entraînements journaliers pour répondre à ces hyperactifs de la race canine.

Lorsque les gens ont leur propre chien, ils peuvent pratiquer toute la gamme de sports attelés canins. Quand ce loisir est offert par une entreprise de traineau à chiens, l’entreprise doit avoir les moyens financiers pour s’assurer que les chiens auront des conditions optimales.

De mon point de vue, il en va de notre devoir envers nos chiens d’avoir accès à un grand territoire, d’avoir des installations qui sont sécuritaires et adéquates, d’avoir du personnel qualifié non seulement sur les connaissances des chiens, mais aussi sur les principes d’entrainement canins et humains. Il faut absolument être en collaboration étroite avec les vétérinaires. Une entreprise doit répondre à des standards élevés dans la qualité des soins, pour le bien-être de ses animaux, et aussi contrer la mauvaise presse que les mushers moins éthiques font de ce sport pourtant si beau. Les mauvais traitements et l’abus ont été trop souvent dénoncés auprès d’entreprises de traineau à chiens trop orientées sur l’appât du gain et pas assez sur la responsabilité éthique nécessaire lorsque des êtres vivants sont concernés.

Hier, le traineau à chiens faisait partie d’une activité nécessaire à la survie.  Aujourd’hui, il y a quelques personnes qui peuvent choisir de vivre de façon minimaliste en forêt avec leurs chiens de traineau, mais avant tout c’est une activité (ou un mode de vie) qui met à l’honneur la collaboration entre les chiens et les humains, en faisant profiter les 2 parties du bien-être de bouger en plein air.

Carole

 

 

Carole est co-propriétaire et coordonnatrice de la meute à 2 et 4 pattes chez Kinadapt

 

 

 

Répondre